Fuente Álamo, la caricia del tiempo

Fuente Álamo, la caricia del tiempo
72 min | Espagne | 2001

A Fuente Álamo, village de la province d’Albacete dans la Mancha, l’été alanguit les jours. La caméra se dote d’ubiquité pour capter les lumières, les sons, les gestes de la vieille María, de Pedro le tractoriste, de Guillermo le berger, des ouvrières de la fabrique de chaussures, des gosses qui s’apprêtent à danser quand la nuit tombe. Tous se retrouvent autour du groupe rock local et des gazpachos manchegos.




Format original : 
35 mm Couleur
Langue: 
Espagnol

Image : 
Marc Cistaré
Son : 
Verónica Font
Montage : 
David Vericat, Pablo García
Production : 
Luis Miñarro. Ramón García et Núria Pérez de Lara



Festivals

Festival de Cine Independiente de Barcelona “L’Alternativa” 2001
Festival Internacional de Cine Mediterráneo de Montpellier 2002
Roma Film Festival 2002
Festival “Filmer A Tout Prix” 2002
Festival dei Popoli 2002
Bfi London Film Festival 2002
Doc’s Kingdom 2002
Festival Internacional de Karlovy Vary 2002
Festival du Nouveau Cinema et des Noveaux Medias de Montreal 2002
Festival de Documental de Lisboa 2002
Cinema du Reel 2005



Texte sur le film

Fuente Álamo, premier et jusqu’ici unique long métrage de Pablo García, est l’un des rares qui, ces dernières années, permettent d’espérer. heureusement, se dit-on en le regardant (quand on peut le voir) que dans ce cinéma espagnol qui a si largement décidé d’être sourd et aveugle, bien que brillant et bruyant, subsistent ou surgissent quelques résistants, dont le seul point commun semble être qu’ils respectent la réalité, le cinéma et le spectateur, qui par conséquent ont confiance en eux, et qui se posent des questions sur la manière d’employer les instruments dont ils disposent, tout modestes et faibles qu’ils soient. Un peu dans le sillage méthodologique de En construction de José Luis Guerín, et des travaux de ses étudiants, le film décide de se faire patience, temps et travail. Pensé non pas pour gagner de l’argent ou de la renommée mais pour montrer ou découvrir, pour regarder les vestiges d’une manière de vivre qui disparaît, pour fixer le souvenir de moments magiques de véracité non feinte. Film attentif et généreux, qui attend avec intensité et sérénité, sans crainte, le hasard m – bienvenu s’il veut changer quelque chose, mais jamais convoqué, car il n’est pas habituel de répondre à ce type d’invitations – confiant dans le fait que les choses arrivent, sans les violenter. Il les capte ainsi dans leur vérité, dans leur grâce, sans dramatisation ni exagération, possiblement dans leur intégrité, sans les réduire à des schémas, sans les simplifier. Film plein de vie, au-delà du simple document. Et sans l’avoir calculé, film véritablement musical.

Miguel Marías

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • You may use <swf file="song.mp3"> to display Flash files inline

Plus d'informations sur les options de formatage