Ressonàncies magnètiques

Ressonàncies magnètiques
10 min | Espagne | 2003

J’imagine que nous avons tous voulu, de temps à autres, pouvoir deviner les pensées d’autrui. Cette histoire commence le jour où j’ai decidé d’entrer dans la tête d’Isa, ma chère amante. Je l’avais déjà prise en photo des milliers et des milliers de fois, mais les photos n’arrivent jamais à traverser les corps, ni à capter les idées. Existe t-il un moyen de savoir ce qu’elle pense réellement, ou ce qu’elle ressent? Jamais je n’ai pu oublier la première fois que j’ai entendu parler des résonances magnétiques. C’est ainsi qu’a commencé cette histoire d’amour basée sur trois expériences (association libre de mots, chanter trois chansons, se souvenir de trois villes particulières pour nous) qui avaient pour objectif de pénétrer, grâce à un appareil à résonances magnétiques, les détours cachés du cerveau d’Isa.




Format original : 
DV. Couleur
Langue: 
Catalan

Image : 
Isaki Lacuesta
Montage : 
Domi Parra
Production : 
Anemic Cinema



Texte sur le film

Juste au moment où je tournais les court-métrages de Microscopías, j’ai eu une proposition très proche de ce que j’étais entrain de faire. Le musée de la Science à Barcelone et le centre KRTU avaient organisé des journées intitulées Nouvelles frontières de la science et de la pensée (février-mars 2003) qui avaient pour objectif de développer le dialogue entre les scientifiques, les humanistes et les artistes. Ce dialogue s’était concrétisé par une série de cinq séances combinant conférences, interventions artistiques et débats. Le point de départ était les théories de Show sur “la nécessité de combler l’écart entre deux cultures, celle des Sciences et des Technologies qui s’oppose traditionnellement à celle de des Humanités et des Arts”. L’audace de la proposition consistait à créer des couples de danse aussi singuliers que celui formé par le directeur de la bibliothèque d’Alexandrie, Ismael Serageldin, et la metteur en scènce Simona Levi, ou celui de l’artiste Eulàlia Valldosera avec l’astronome de la NASA Edward W.Kolb.

Résonnances magnétiques a été projeté durant la séance dédiée aux “Neurosciences” et mon précieux compagnon de danse était le professeur en neurobiologue Semi Zeki (University College, Londres), un des pionniers dans la recherche mondiale sur le cortex visuel et celui qui a découvert les centres cérébraux détecteurs de la couleur et du mouvement. Une brève carte audiovisuelle a été projetée avec Résonnances Magnètiques, dédiée à Semi Zeki, et dans laquelle le cinéaste Joaquín Jordà racontait comment, après avoir souffert d’une agnosie, il a acquis la capacité de distinguer les couleurs à travers le toucher.

Isaki Lacuesta.


La tentative du réalisateur de s’introduire dans la tête de son amante finira par une série de réponses ambigues de la part des docteurs (qui seront capables de détecter l’activité cérébrale mais non de la comprendre) montrant l’évidence du mystère qui ne cessera jamais d’exister, et ce malgré tous nos efforts de regarder de plus près les objets et les personnes.”
(Josetxo Cerdán, Documental y vanguardia, ed. Cátedra, 2005).

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ est gardé secret et ne sera pas montré publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • You may use <swf file="song.mp3"> to display Flash files inline

Plus d'informations sur les options de formatage